La construction au féminin présent !

Les grands bâtisseurs

La construction au féminin présent !

Cheffe d’une entreprise de construction florissante, Ginette Paquette se fait encore demander où est son mari par des sous-traitants sur ses chantiers. Ne cherchez pas le mari ; la présidente de Les habitations Harmonie mène sa destinée de main de maîtresse depuis 14 ans.

Dans un domaine à prédominance masculine, l’entreprise de construction se distingue comme étant parmi les seules, sinon la seule exploitée et administrée entièrement par des femmes au Québec.

Enfin, presque entièrement, puisque, outre les douze femmes à l’emploi de l’entreprise, un homme a récemment été engagé comme gérant de chantier. « J’avais ciblé une femme pour le poste, mais celle-ci n’avait pas de disponibilités, explique la présidente Ginette Paquette. Et puis, il faut le dire : les femmes dans le milieu ne sont pas encore très nombreuses. »

De son propre aveu, Mme Paquette affirme qu’il lui a fallu une grande dose de détermination et de foi pour démarrer son entreprise de construction de condos et maisons de ville dans l’arrondissement Saint-Hubert. « Comme n’importe qui, il faut avoir les reins solides, croire en ce que l’on fait et avoir une bonne confiance en soi pour réussir dans ce domaine », ajoute-t-elle.

L’entrepreneure tire d’ailleurs assez bien son épingle du jeu. « En 2008, nous avons construit 100 condos et généré quelque 15 millions $ en projets. Sans oublier que nous avons été en nomination pour un prix Domus », dit-elle fièrement.

Bagage

En 1995, Ginette Paquette avait tout le bagage nécessaire pour lancer sa propre entreprise. « Déjà, à 21 ans, je vendais des maisons à Brossard, puis j’ai suivi une formation et travaillé comme agente en immobilier. Plus tard, j’ai marié un gars de la construction. En plus, j’ai été élevée avec trois frères, ce qui fait que je n’ai jamais été très ‘poupée’ », laisse-t-elle entendre.

Elle souligne que la construction l’a toujours fascinée. « J’aime ça parce que c’est du concret, je peux voir le résultat de mon travail. Et ce qui m’a incité à me lancer, c’est que j’avais vu trop de maisons où l’on tournait les coins ronds sur la finition. Moi, j’ai un souci maniaque pour le travail bien fait. C’est d’ailleurs une de mes marques de commerce. »

L’harmonie d’abord

Lorsqu’on lui demande ce qui distingue les hommes des femmes dans le domaine de la construction, Mme Paquette répond que sur ses chantiers « il n’y a pas de criage et de gros mots. Il y a bien eu quelques sous-traitants machos qui m’ont manqué de respect, mais ils ne travaillent plus pour moi. Je crois que l’on obtient de meilleurs résultats quand il y a de l’harmonie. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que l’entreprise s’appelle comme ça ! »

Avec une équipe constituée de douze femmes, le climat de travail est-il différent qu’avec des hommes ? « J’ai vraiment une très belle équipe. Ici, il n’y a pas de conflits. Faut dire que plusieurs d’entre nous avons un côté masculin… Il n’y a pas de parlage dans le dos des autres; on se dit les choses en face. Vraiment, je suis privilégiée, car j’aime ce que je fais. Et puis, personnellement, il est plus facile pour moi de travailler dans un domaine masculin, que l’un plus traditionnellement féminin », conclut Ginette Paquette.

L’équipe de Les habitations Harmonie entoure la présidente Ginette Paquette (casque blanc), de g. à d. : Christine Lapierre ; Nicole Martineau ; Julie Bonin ; Eliane Tewfik ; Stéphanie Radziszewski et Geneviève Beaudry.